Home » Paris brûle-t-il? by Larry Collins
Paris brûle-t-il? Larry Collins

Paris brûle-t-il?

Larry Collins

Published
ISBN :
Paperback
459 pages
Enter the sum

 About the Book 

Pour la préparation de Paris brûle-t-il ? les auteurs, assistés dune équipe de collaborateurs en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, se sont penchés sur des centaines de documents, détudes historiques, de messages radio et de câbles vieux deMorePour la préparation de Paris brûle-t-il ? les auteurs, assistés dune équipe de collaborateurs en France, en Allemagne et aux Etats-Unis, se sont penchés sur des centaines de documents, détudes historiques, de messages radio et de câbles vieux de vingt ans. Ils ont étudié des centaines de mètres de microfilms (les rapports saisis chez Hitler et ses généraux. Ils ont consulté les archives du commandement dEisenhower et du SHAEF dans leur dépôt d’Alexandria, Virginie, ainsi que tous les originaux de la correspondance échangée entre de Gaulle, Churchill, Roosevelt et Eisenhower - également les messages échangés entre la Résistance à Paris et létat-major des Français libres à Londres. Ils ont interviewé des centaines dAllemands, de Français et dAméricains, du général Eisenhower au général von Choltitz, dernier commandant allemand de Paris, et au Parisien qui hissa, le premier, le drapeau tricolore au sommet de la tour Eiffel, le jour de la Libération, le 25 août 1944.Leur oeuvre fait revivre, à travers sa documentation minutieuse et son expression passionnée, la lutte de Paris pour sa vie et sa liberté. Cest le récit haletant des journées pendant lesquelles, par miracle, Paris échappa à la destruction à laquelle Hitler lavait condamnée - des conflits politiques qui entourèrent sa libération et opposèrent publiquement, et parfois de façon inexorable, Charles de Gaulle, ses alliés américains et ses compatriotes communistes.Cest lhistoire de grands hommes dévoués à de grandes causes, luttant pour réaliser la promesse contenue dans la phrase criée par Adolf Hitler en colère, un soir daoût 1944, à un de ses généraux dans son bunker de Rastenburg, en Prusse-Orientale : « Qui tient Paris, tient la France ! »